20.05.2022 - Patrick Muroni 'Ardente.x.s' - Visions du réel 2022
CI
EXECAL, Association - Expires 31.01.2023
Patrick Muroni dépeint avec courage et une saine dose d'esprit de provocation un collectif de femmes et de personnes queer qui transforme le porno en un concept éthique et dissident.

Après des études à l'ECAL (École cantonale d’art de Lausanne), le réalisateur suisse Patrick Muroni est entré sans tarder dans l'arène des festivals. Son premier court-métrage (autoproduit), Un matin d’été, a été présenté directement au Festival de Locarno 2019, dans la section compétitive Léopards de demain. Son univers cinématographique est peuplé de personnages jeunes qui entendent bien se frayer leur propre voie dans une société qui, souvent, ne les comprend pas - des sortes d’électrons libres qui se construisent à travers des expériences communautaires qui deviennent des refuges éphémères. Dans son premier long-métrage, Ardente.x.s, sélectionné cette année à Visions du réel en compétition nationale, Patrick Muroni poursuit son enquête sur le monde juvénile en filmant frontalement, avec respect et détermination, un collectif de femmes et de personnes queer qui font du porno un acte militant.

À Lausanne, le collectif OIL Productions se lance dans la création de films pornographiques "éthiques et dissidents". Porte-voix d’un processus artistique et politique revendiqué, les esprits qui ont fondé cette maison de production créent des films X dans le but de faire évoluer les mentalités sur un marché, celui des films pornographiques, qui n’est pas franchement ouvert aux corps et aux sexualités dissidents. Décidé à révolutionner un genre cinématographique considéré comme marginal et esthétiquement pauvre, OIL Productions veut démontrer au monde qu’il est possible de produire de la pornographie de qualité, recherchée, changeuse. Ardente.x.s suit l’aventure, brève mais intense, du collectif : les coulisses de productions qui, malgré la recherche esthétique, sont fondées sur un salutaire esprit "fait maison", les manifestations féministes, les interviews et débats publics, souvent angoissants, mais aussi et surtout les moments d'intimité pendant lesquels les membres du collectif nous invitent à découvrir leur quotidien. En effet, ce sont justement ces moments de partage, sortes de confessions volées, qui sont la véritable âme du film, et le transforme en trace à la fois éphémère et incisive d’un projet révolutionnaire qui évolue au fil des ans sans cependant jamais perdre de vue son objectif initial.

À travers ce premier long-métrage, Patrick Muroni nous amène à (re)considérer le porno d’un point de vue militant, éthique et positif. Grâce aux productions d'OIL Productions, les corps et la sexualité sont montrés dans toute leur merveilleuse diversité, sorte de magma incandescent qui balaie tout. Malgré un thème clairement difficile à traiter, celui du porno, le réalisateur ne tombe jamais dans le pur voyeurisme ou dans la provocation stérile. Son regard d'initié (il s’est intéressé au projet quand il était encore dans sa phase embryonnaire) et l'esthétique de son travail, qui rappelle par moments les vidéos clips du chanteur napolitain Liberato, transforment les séquences les plus explicites en performances lors lesquelles les corps deviennent des œuvres d’art en constante mutation. La caméra de Muroni suit avec discrétion et empathie le collectif, elle en enregistre les moments clefs, les inévitable difficultés, mais aussi et surtout les innombrables victoires, nous rappelant en chemin que ce qui compte, c’est de rester uni(e)s dans la lutte. Ardente.x.s est un premier film courageux et nécessaire, un cri de révolte face à une société patriarcale qui s’accroche de toutes ses forces à un binarisme de genre considéré comme naturel et immuable. Muroni, accompagné d'OIL Productions, nous montre une vie alternative, une manière différente de vivre et de donner forme à des désirs dissidents et ceci est déjà, en soi, un formidable dessein !

Ardente.x.s a été produit par Climage (Lausanne) et la RTS (Radio e televisione svizzera). Les ventes internationales du film sont assurées par Reservoir Docs.

Avec
Meli Melo
Aron Smith*
Mahalia Giotto
Julie Folly
Olivia Schenker*

Production: Stéphane Goël
Montage: Ael Dallier Vega
Écriture: Emmanuelle Fournier-Lorentz
Image: Augustin Losserand*
Son: Timothée Zurbuchen*
Assistante: Margaux Corda*
Montage son: Jérôme Cuendet
Étalonnage: Loup Brenta
Musique originale: Yatoni Roy Cantú*
Musique additionnelle: Yougo Youga
Graphisme: Eliott Grunewald*
Production: Climage See less

* Alumni ECAL

Article de Muriel Del Don, paru le 15.04.2022 : https://cineuropa.org/fr/newsdetail/424236/

03.05.2022 - Élie Grappe, réalisateur d’“Olga” : “Les Ukrainiens continueront toujours à résister”
CI
EXECAL, Association - Expires 31.01.2023
L’an dernier, il sortait son premier film sur une gymnaste au cœur de la révolte d’Euromaïdan, qui repasse actuellement au MK2 beaubourg, à Paris. Aujourd’hui, il réagit avec force à la guerre en Ukraine.

Présenté à la Semaine de la critique au Festival de Cannes 2021 et sorti en salles en novembre dernier, le premier film d’Élie Grappe, Olga, plongeait une héroïne de fiction dans l’histoire récente de l’Ukraine, autour des événements dramatiques de la révolte d’Euromaïdan – les manifestations de fin 2013-début 2014 qui avaient entraîné la destitution du président pro-russe Viktor Ianoukovytch. Nous avons demandé à ce jeune réalisateur français de nous faire partager son regard sur la guerre où se trouve plongée l’Ukraine. Olga ressort en salles à Paris, où il sera projeté tous les soirs à 19h25 au MK2 Beaubourg à partir du mercredi 2 mars, avant, on l’espère, d’être reprogrammé par des cinémas en régions.

À travers le personnage d’Olga, joué par la gymnaste ukrainienne Anastasia Budiashkina, votre film faisait ressentir votre attachement à l’Ukraine. Comment vivez-vous les événements récents ?
Depuis 2016, je suis allé régulièrement en Ukraine, j’ai beaucoup de liens là-bas et tous mes proches sont aujourd’hui dans des situations impossibles. Anastasia vit à Kharkiv, où elle a intégré une compagnie de cirque comme acrobate. La ville est bombardée mais partir est pour l’instant plus dangereux que de rester dans un abri, ce que fait Anastasia. Le dimanche 20 février, elle était à Kiev pour une projection spéciale du film organisée par le musée de Maïdan, à l’occasion des commémorations annuelles de la fin de la révolution, en février 2014. Je devais être à ses côtés mais les vols ont été annulés. J’ai suivi cette projection à distance via Zoom. On m’avait dit qu’il n’y aurait pas de discussion parce que les gens étaient trop tendus, épuisés, mais ils sont restés pendant une heure pour échanger, partager leurs propres récits sur Euromaïdan et ses suites. C’était très émouvant parce que ces personnes résistaient à la peur et montraient qu’ils n’étaient pas paralysés par Poutine. Mais la situation a beaucoup changé en quelques jours. Même si on sentait que des combats allaient éclater, jamais on ne pensait que cela pourrait concerner l’ensemble du pays. Cela a créé un choc énorme.

LIRE LA SUITE :
https://www.telerama.fr/debats-reportages/elie-grappe-realisateur-d-olga-les-ukrainiens-continueront-toujours-a-resister-7009058.php

Elie Grappe a obtenu son Bachelor en Cinéma à l'ECAL en 2015.
https://www.instagram.com/olgamovie22/

Photo: Jérôme Bonnet pour Télérama

03.05.2022 - "Azor", le thriller politico-financier réussi du Genevois Andreas Fontana
CI
EXECAL, Association - Expires 31.01.2023
Le réalisateur et scénariste genevois Andreas Fontana signe son premier long métrage, "Azor". Le film en forme de thriller politico-financier, présenté à la 71e Berlinale et encensé par la critique, est à découvrir actuellement aux Journées de Soleure et sur les écrans romands.
Andreas Fontana est né à Genève il y a quarante ans dans une famille d’artistes. Sa mère est poète et son père est sculpteur. Après des études en littérature comparée, il s’installe en Argentine, à Buenos Aires, pour travailler comme traducteur et interprète.

C’est en Argentine aussi qu’Andreas Fontana, qui est d’abord un musicien, suit une formation d'assistant réalisateur. Il décide ensuite de rentrer en Suisse en 2007, fait un master en réalisation à l’Ecole cantonale d'art de Lausanne (ECAL) et à la Haute école d'art et de design (HEAD) de Genève.

Une voie qu'il a bien fait de suivre puisque son premier court-métrage, "Cotonov Vanished" (2009), a été primé au festival Visions du Réel de Nyon. Quant à son deuxième film, "Pedro M, 1981" (2015), il a été nominé pour le Prix du cinéma suisse dans la catégorie "Meilleur court métrage".

LIRE la suite :
https://www.rts.ch/info/culture/cinema/12788385-azor-le-thriller-politico-financier-reussi-du-genevois-andreas-fontana.html?rts_source=rss_t

Andreas Fontana a obtenu son Master en cinéma avec orientation en Réalisation en 2010 à l'ECAL+HEAD.

23.02.2022 - Matias Carlier 'La fièvre' - Berlinale, etc.
CI
EXECAL, Association - Expires 31.01.2023
Berlinale - Berlin International Film Festival 2022 (10-20 February 2022)

Matias Carlier's 2021 Bachelor of Cinema diploma film, "La fièvre", was entered in the Generation 14plus category for young audiences - a section highlighting films that explore the lives of adolescents.

Aleister doesn’t have all that much time left with Joana before she moves out of town the next morning. Partying, dancing close together with friends, skating, smoking pot, chatting, or drifting through the evening - somehow none of these options seem right. What has to be finished? And what is worth starting over? And who is this strange guy with a bow and arrow?

https://www.berlinale.de/en/programme/programme/detail.html?film_id=202212018

Swiss films : https://www.swissfilms.ch/fr/movie/la-fievre/CF5F2C5DD1714B53AF873AFEF561DBA6

- Winterthur screenings : 12 Nov 2021, 17h, Theater Winterthur ; 13 Nov 2021, 20h, Theater Winterthur ; 14 Nov 2021, 11h, Kino Cameo
https://www.kurzfilmtage.ch/fr

- Geneva screening :13 Nov 2021, 13h, Théâtre les salons

- Journée de Soleure (19-26 January 2022) : nominated for the 'Upcoming Talents'
https://www.solothurnerfilmtage.ch/fr/cinema-suisse/cineastes/matias-carlier

Instagram: https://www.instagram.com/matiascarlier/

Photo: Noémie Guibal, Matias Carlier, Thibault Villard
The assistant director, the director and the cinematographer before the premiere

23.02.2022 - Keerthigan Sivakumar 'Doosra' - Journée de Soleure, Swiss Film Award, Angers Film Festival...
CI
EXECAL, Association - Expires 31.01.2023
"With this film, my whole team is trying to represent not only the refugees but also today's Switzerland and Europe. I strongly believe that this is not a film about Vinoth's struggle to integrate into Swiss culture. But about the struggle of Swiss social structures to integrate Vinoth! Thank you for the recognition.

Doosra with Lawrence Valin Vithyaah Subramaniam Megane Lerrey
Prod : ECAL/Ecole cantonale d'art de Lausanne & Ali Sinaci
Thanks Total : Sophie Knöbl
1st AD : Nikita Merlini*
Scripte : Kilian Sturm
DOP : Audy Gold
Ass Cam : Jann Kessler
Gaffer : Fanny Reynaud
Electro Antoine Favre Benoit Perritatz
Cheffe déco : Fleur Bernet*
Inge son : Yoanne Rey
Costume : Margot
Editing : Axel Chemin
Sound Editing : Remi Molleyres
Mix : Vuk Vukmanovic*
Color grading : Audy Gold
Music : Axel Chemin
Regie : Séverine Perriguey
Design Graphic : Jeha Siva
and all the other precious hearts whose names tag I could not easily find or I forget to mention here."
- Keerthigan Sivakumar*

* ECAL Alumni

SEE description, credits and trailer:
https://www.swissfilms.ch/en/movie/doosra/8D80B530F93F426F80BA46F9950E833C

👉🏽 Doosra won the 'Upcoming Talent Award' at Solothurner Filmtage/Journée de Soleure (19-26 January 2022).
https://www.solothurnerfilmtage.ch/fr/soleure-2022/programme/doosra
All the appreciation goes to the whole team of "Doosra", and their so many hours of invisible work.
"Because it's hard to make things look easy".

👉🏽 Doosra won the Prix du Public at the la Ville d’Angers Premiers Plans - Angers Film Festival (24-30 January 2022)
http://www.premiersplans.org/festival/selection_officielle-competition-FE.php

👉🏽 Doosra was screened in the framework of the Forum des images in Paris on Wednesday 9 February 2022
https://www.forumdesimages.fr/les-programmes/festival-premiers-plans-dangers-2022/reprise-palmares-festival-premiers-plans-competition-courts-metrages

👉🏽 Doosra in the nomination for the Swiss Film Award (Prix du cinéma Suisse 2022)
All nominated films will be shown publicly during the “Nominees Week” from 21st to 27th March 2022 at the Cinémas du Grütli in Geneva and at Filmpodium in Zurich.
The award ceremony of the Swiss Film Award will take place on 25th March 2022 in Zurich Oerlikon.
https://www.quartz.ch/en/sfp/nomination.html

A LIRE AUSSI :
"Le film aborde avec un humour très fin le décalage culturel, la solitude et le mal du pays. Keerthigan Sivakumar parvient ici à mêler nostalgie et humour avec beaucoup de sensibilité." (Le Temps)

Doosra, un court-métrage qui retrace les étapes importantes de la vie d’un exilé en Suisse
https://voixdexils.ch/2021/06/16/interview-de-keertigan-sivakumar-realisateur-de-film/
Keerthigan Sivakumar, originaire du Sri-Lanka, arrivé en Suisse en 2009, a rejoint le programme Voix d’Exils en 2011 avant d’entrer à l’Ecole romande d’art et communication – l’Eracom – où il a étudié entre 2014 et 2016. Puis, il a enchaîné en 2017 avec un bachelor à l’Ecole cantonale d’art de Lausanne – l’ECAL – où il a réalisé un film intitulé « Doosra » ; un court-métrage qui a la particularité d’intégrer des éléments de son parcours de vie d’exilé en Suisse.

07.12.2021 - Guillaume Baeriswyl, Alice Vodoz & Eilean Friis-Lund, Frederik Mahler-Andersen, Omnitype (Leonardo Azzolini, Simon Mager), Altiplano (Raphaël Verona), Cynthia Mai Ammann, Gaïa Lamarre, Margot Sparkes - Les Urbaines (Lausanne)
DG, PH
EXECAL, Association - Expires 31.05.2022
Terrain d’expression pluriel et transversal, le festival Les Urbaines recueille les formes et courants émergents des arts sonores, visuels et performatifs, portant en germe les esthétiques de demain. Entièrement gratuit, il réunit au sein de différents espaces de Lausanne, Renens et Chavannes une quarantaine de propositions (œuvres plastiques, live, DJ sets, performances, ateliers) dans un partage festif et dissonant, qui invite au déplacement des perceptions.

As a plural and transversal field of expression, Les Urbaines festival gathers emerging and current forms of sound, visual and performing arts, carrying the seeds of tomorrow's aesthetics. Entirely free to access, it brings together in various spaces in Lausanne, Renens and Chavannes some forty proposals (plastic artworks, live shows, DJ sets, performances, workshops) in a festive and dissonant exchange, inviting a shift in perceptions.

Numerous contributions of ECAL graduates:

PRODUCTION
Guillaume Baeriswyl

DESIGN
Alice Vodoz & Eilean Friis-Lund

TYPOGRAPHIES
Marmo, Omnitype
Lettrines développées sur la base des capitales de: Millionaire Italic, Altiplano

PROGRAMMATION SITE INTERNET
Frederik Mahler-Andersen

PHOTOGRAPHIE
Cynthia Mai Ammann, Gaïa Lamarre, Margot Sparkes

http://www.urbaines.ch/#/fr

22.11.2021 - Claudia Comte: Comment une artiste vaudoise et sa tronçonneuse ont conquis les Caraïbes - Heidi.news
AV
EXECAL, Association - Expires 31.05.2022
Dans les années 2000, l’art contemporain a flambé et quelques jeunes artistes suisses se sont fait connaître à l’international. Parmi eux, Claudia Comte. L’artiste vaudoise a acheté sur une colline près de Liestal, Bâle-Campagne, une propriété où elle vit et produit en autarcie. De là-haut, la fille des forêts de Grancy, ancienne rebelle de l’Ecal, fabrique des troncs pour le fond des océans et pour les plus grands musées d’Europe ou d’Amérique. Patronne d’une véritable PME, Claudia Comte illustre la génération des artistes managers.

Voyages en art suisse, épisode n° 15
par Christine Salvadé
Publié le 9 novembre 2021 sur https://www.heidi.news/explorations/voyages-en-art-suisse/comment-une-artiste-tronconneuse-vaudoise-a-conquis-les-caraibes
[Article complet réservé aux abonnés]

Il y a eu ce moment où elle s’est mise à parler de son grand-père. Dans sa cuisine, Claudia Comte faisait défiler sur son iPad des photos de ses installations autour du monde: les murs du Castello di Rivoli à Turin, puis le projet qu’elle démarrait alors pour habiller l’une des façades de 70 mètres de haut du campus Novartis à Bâle, enfin la petite vidéo d’immersion d’un plongeur entre les cactus de béton qu’elle a plantés au fond de la mer des Caraïbes et qui était exposée dans la galerie qui la représente à Berlin. Nous étions là, à parler du monde entier zébré par Claudia Comte. Je lui avais demandé de me montrer sa maison d’enfance. Elle avait trouvé une photo du chalet familial à Grancy, Vaud, où elle a grandi, tout près de la forêt. Sur la suivante, on voyait un vieux monsieur en salopette bleue debout entre deux immenses sculptures en bois. «Mon grand-père était fromager. Il fabriquait du gruyère et du vacherin au chaudron sur le feu. Pour contrôler la température, il mettait le coude dans le chaudron.»
Son grand-père lui a donné le goût de la fondue. Elle a dû raconter l’anecdote du coude dans le fromage des milliers de fois, ça fait partie du storytelling, de la légende Claudia Comte, très à l’aise avec son propre marketing. J’adore la lueur de fierté que je vois dans ses yeux. Les fondues de Claudia Comte sont fameuses dans le monde de l’art contemporain. La Vaudoise en avait toujours dans ses bagages quand elle partait en résidence artistique. «J’en ai servi en Afrique du Sud, à Venise, et même dans les montagnes de l’Oural quand j’ai accompagné un groupe de dendrochronologues.» De la fondue de son grand-père, elle a même fait une installation en séparant le caquelon en quatre quarts et en colorant le fromage des compartiments en jaune, vert, rouge et bleu, «comme un jeu de UNO».
(…)
Mais je suis venue pour Claudia Comte. Pour comprendre, entre autres, comment la fille des arbres de Grancy est devenue une star internationale, au point que, anglophile, elle peine aujourd’hui à trouver ses mots en français pour parler de son œuvre. En 2021, quand la planète s’est remise à tourner, elle a aligné une exposition au Musée Thyssen-Bornemisza à Madrid, une autre à la Biennale de Belgrade, une participation à l’exposition de sculptures en plein air de Môtiers, une installation sur le site de l’Epfl.

Elle est représentée depuis quelques années par l’une des galeries les plus puissantes du monde, la Gladstone Gallery à New York, qui lui offre une vaste visibilité. «C’est un des exemples les plus spectaculaires d’explosion d’un artiste suisse à l’international», a résumé avant ma visite le curateur Olivier Kaeser, que l’on aperçoit, songeur, concentré, dans la vidéo sur la performance de janvier 2018 au Kunsthalle de Bâle, Hot Saw – Electric Power. Deux équipes de bûcherons montent, assemblent, coupent et jouent avec un tas de rondins qui seront réassemblés en un décor orchestré de formes géométriques en équilibre les unes sur les autres. Cela questionne la prétention indéniable, mais discutable, de l’humanité à dominer la nature, explique la brochure.

C’est que Claudia Comte a dirigé sa carrière avec détermination. Il y a eu d’abord son entêtement, comme jeune artiste, à se présenter à tous les prix et à toutes les résidences. Et cela depuis sa sortie de l’Ecal, que l’on appelait encore scrupuleusement «Ecole cantonale d’art de Lausanne». Elle me vante l’excellente préparation à l’univers impitoyable de l’art contemporain prodiguée par son école, «qui n’a jamais pris des pincettes pour nous faire voir la difficulté de la voie que nous avions choisie». J’entends la ténacité de celle que ses profs avaient surnommée «la tronçonneuse» parce qu’elle voulait à tout prix sculpter des arbres avec les grands moyens. J’entends sa force de travail. Elle dit qu’elle ne s’est jamais arrêtée depuis qu’elle est entrée à l’Ecal.
(…)
Aujourd’hui, Claudia Comte réalise en moyenne une à deux expos par mois autour du monde. Elle dirige une équipe d’une dizaine de personnes (le double lors de gros événements), qui gère sa communication, ses banques de données et ses commandes. Elle parle un peu comme Jean-Claude Biver dans ses master class sur la passion d’entreprendre organisées à 5 heures du matin: «S’accrocher et pousser toujours un peu plus loin, c’est la seule solution pour y arriver. Un peu comme le travail à la tronçonneuse…», dit-elle. Je ne vois pas le rapport. Elle rit en m’expliquant qu’il lui arrive de commander des troncs et que, quand elle est face à son tas de bois, elle se demande comment elle va s’en sortir. Gérer tous ses projets à la fois autour du monde, c’est un peu la même chose. Au fait, Claudia Comte m’assure que certaines tronçonneuses électriques, «celles pour faire les lignes et les zigzags», peuvent passer en bagages à main dans l’avion. C’est compliqué, mais pas impossible.
Nous sommes deux filles dans une cuisine de la campagne bâloise à parler tronçonneuses devant le parc à bébé. Je me pince. Elle ne rit pas quand je lui demande ce qu’il y a de suisse, en somme, dans son œuvre baladée tout autour du monde. Elle prend un temps pour y réfléchir, elle ne s’était jamais posé la question… Elle répond: le travail précis, la ponce soigneuse des pièces en bois… elle en est persuadée, c’est ainsi que sa suissitude s’exprime. En plus de la fondue du grand-père.
De là-haut, il a fallu redescendre à Liestal. Mais il n’y a ni train ni bus qui relie la colline autarcique de Claudia Comte et Samuel Leuenberger. Claudia appelle son assistante espagnole, celle qui a fait que les choses ont roulé pour l’expo à Madrid. Elle m’embarque dans sa voiture et m’emmène à la gare, d’où je rejoindrai le Jura sans aucun changement de train. En chemin, l’assistante espagnole me parle des artistes de chez moi qu’elle a connus pendant une exposition. Alors je décide de passer voir Augustin Rebetez à Mervelier, Jura, Suisse.

Photo: Kostas Maros

22.11.2021 - Valentin Carron: Attention, l’art peut encore contenir des traces de suissitude (part II) - Heidi.news
AV
EXECAL, Association - Expires 31.05.2022
A l’autre extrémité des artistes que la montagne inspire, il y a Valentin Carron. A Genève, un conseiller formé pour repérer les artistes qui comptent m’avait affirmé qu’il n’y avait pas plus suisse que lui. Retranscription d'une visio avec le bad boy valaisan installé à Fully.

Voyages en art suisse, épisode n° 14
par Christine Salvadé
Publié le 07 novembre 2021 sur https://www.heidi.news/explorations/voyages-en-art-suisse/attention-l-art-peut-encore-contenir-des-traces-de-suissitude-part-ii
[Article complet réservé aux abonnés]

J'avais laissé le Valaisan devant un vieux Ciao parqué à la Biennale de Venise en 2013. J’ai vu ses faux vitraux, ses compressions factices d’instruments de fanfares, son joueur de golf à la Giacometti, ses tic-tac et ses croix en toc. Le bad boy valaisan a exposé à Paris, à Londres, aux Etats-Unis. «Forbes» dit qu’il «remet en question l'authenticité et célèbre son contraire». Il me fait rire et je me dis que son adolescence en Valais devait ressembler un peu à la mienne dans le Jura, les montagnes en plus. Je l’ai retrouvé en FaceTime un après-midi de juin 2021, un peu déprimé et à peine réveillé.

Il est 15h13. Il me dit:
- Désolé, je suis en retard.
- J’aimerais comprendre ta géographie. Tu vis à Fully, ton atelier est à Fully?
- Là, oui, je suis à Fully, chez moi. Et mon atelier est à Vernayaz, à dix minutes de voiture, dans une ancienne fabrique de caisses à abricots. Tu vois un peu le lieu? Il y a Fabrice Gygi sur le même site. Je peux te balancer d’autres trucs si tu veux: John Armleder y entrepose des œuvres. Mais j’ai eu tellement de retours de pièces par mes galeries, au début du Covid, que mon atelier est devenu un dépôt. Alors je travaille à la maison, avec de la pâte FIMO. Je fais des figurines. Mon projet est d’en faire des sculptures en grandes dimensions.
- Toi qui enseignes à l’école d’art du Valais, tu peux me dire s’il existe un art suisse depuis 1945?
- Bien sûr. Pour moi c’est extrêmement lisible. Attends. 1950: Max Bill; 1960: Tinguely; 1970: Franz Gertsch; 1980… là c’est un peu plus compliqué, allez: John Armleder; 1990: Ugo Rondinone, puis Urs Fischer, Fischli & Weiss… Et on peut parler de Ben qui a fait des choses formidables dans les années 1960. Et je ne te parle que de pointures internationales. J’en ai choisi un par décennie. Je pourrais en trouver d’autres mais je viens de me réveiller.
- Qu’est-ce qu’ils ont en commun?
- Je crois que le point commun de ces artistes suisses — je le sens moins pour moi — c’est ce côté mercenariat, justement. Ça reste un peu viril comme commentaire – d’ailleurs je n’ai pas cité de femmes. Il y en a beaucoup pourtant. Je serais assez comme Ben à dire que la Suisse n’existe pas, mais elle existe justement parce qu’elle n’existe pas. On est entouré de grosses nations. Peut-être que ce qui nous démarque, c’est qu’on n’a pas été trop bouffés par la politique, pas trop politisés. Il n’y a pas d’artiste qui s’est affiché ouvertement de gauche ou de droite. C’est une chance pour l’art suisse.
(…)
- Et donc tu ne t’es pas assagi…
- Si si... Ils m’ont un peu dégoûté avec leurs accusations [d'appropriations]. Mais j’ai ce désir increvable de faire et de montrer. Beaucoup d’artistes se réfugient maintenant dans des causes. Pas moi. Je vois cela comme du maquillage. Le piège se referme déjà sur eux. Pour la plupart, je ne sens pas une sincérité derrière.
- Tu le remarques chez les étudiants auxquels tu enseignes?
- Ce sont plutôt les profs qui sont intéressés par ces nouvelles tendances: les races, les genres, le néocolonialisme, toutes ces blessures qui ne sont pas refermées. Au-delà de ça, je vois aussi des artistes qui essaient d’en échapper, ou de voir un peu ce qui se cache derrière.
- Tu as encore que quelque chose à dire sur ton rapport à la Suisse?
- Tu veux une punchline, une phrase type ? Je dirais: «la médiocrité, ça paie à la longue» Ca te va?
- Tu parles de la Suisse ou de toi?
- Ah ben je te remercie! Non je parle de la Suisse. Je trouve très pénible, ces frontières. Je me sens plus Européen que Suisse, à vrai dire. Ou alors plus Fulliérain que Suisse. Je fais partie de ce paysage qui est le mien parce que mes aïeux viennent de là, depuis 200 ans et quelque. Mais à part ça… J’ai plutôt un rapport de méfiance au pouvoir. Mais ça fait très complotiste, alors on arrête là.

Photo: Kostas Maros

https://www.instagram.com/carron_valentin/

18.11.2021 - « Matrix », vu par le réalisateur Elie Grappe : un film prémonitoire ? (Truc culte, RTS)
CI
EXECAL, Association - Expires 31.05.2022
Podcast de l'émission Truc culte (36 min.)
diffusé le 9 novembre 2021 sur la RTS
https://www.rts.ch/audio-podcast/2021/audio/matrix-vu-par-le-realisateur-elie-grappe-un-film-premonitoire-25777081.html

Sorti en 1999, « Matrix », des sœurs Wachowski, raconte le combat mené par un « élu » (Neo) et une rébellion (Felicity, Morpheus...) contre des machines qui ont pris le pouvoir, plongeant la quasi-totalité de l’humanité dans une version simulée de la réalité, la Matrice.

Ce film hyperculte, qui évoque aussi bien la société de contrôle que la transidentité, a marqué Elie Grappe. Le premier long-métrage de ce réalisateur français, « Olga », sorti en 2021, suit le destin d’une jeune gymnaste ukrainienne exilée en Suisse au moment où éclate la révolte d'Euromaïdan à Kiev, dans son pays natal.

Les recommandations d'Elie Grappe :

- Le film "Bruno Reidal", de Vincent Le Port (2021)
- Le film "Soy Nero", de Rafi Pitts (2016)
- Le livre "La Brûlure du monde", de Claude Régy, Éditions Les Solitaires intempestifs, 2011
- Le roman « L’Idiot », de Fiodor Dostoïevski, Éditions Actes Sud, 1998.
- Le morceau « Among the sef », de Colin Stetson, 2013

12.11.2021 - Big success for ECAL at Design Preis Schweiz
DI
EXECAL, Association - Expires 31.05.2022
Saturday 06.11.2021
Design Preis Schweiz, Langenthal

On the occasion of the Design Preis Schweiz/Prix Design Suisse awards ceremony last weekend in Langenthal, ECAL graduates have won six awards. The prizes are awarded to products, projects, services and concepts from all business-relevant design disciplines. Research projects and diploma theses are also eligible for the competition. Thus, four ECAL graduation projects completed in 2020 were honoured and two projects developed by alumni were also awarded by the jury.

Young Professionals Category
- RobustNest by Fabien Roy, Master Product Design diploma project, ECAL, 2020 (Product Investment Subcategory)
https://designpreis.ch/project/robust-nest-adapted-newborn-incubator-for-sub-saharan-africa/?lang=fr

- Tofu-to-Go by Yu-Ying Wu, Master Product Design diploma project, ECAL, 2020 (Product Consumer Subcategory)
https://designpreis.ch/project/tofu-to-go/?lang=fr

- Cima by Benjamin Bichsel, Master Product Design diploma project, ECAL, 2020 (Textile Subcategory)
https://designpreis.ch/project/cima-circular-medical-apparel/?lang=fr

Category Furniture
- Lotte de Sarah Hossli, Master Product Design diploma project, ECAL, 2020
https://designpreis.ch/project/lotte-aiding-independence-in-old-age/?lang=fr

- TENSE de Panter&Tourron, MAS in Design for Luxury & Crafstmanship graduates
https://designpreis.ch/project/tense-lounge-chair/?lang=fr

Category Going Circular Economy
- Cyclon by On with Thilo Alex Brunner (Head of Design by On), MAS in Design for Luxury & Crafstmanship graduate and Head of Master Product Design at ECAL from 2014 to 2017 (Established Subcategory)
https://designpreis.ch/project/cylcon/?lang=fr

More information: https://designpreis.ch

FR: https://ecal.ch/fr/5096/news-presse/prix-distinctions/razzia-de-l-ecal-aux-design-preis-schweiz

05.11.2021 - Andrea Furlan winner of the Watchmaking Revelation of the Year award - Grand Prix d'Horlogerie de Genève GPHG
DI
EXECAL, Association - Expires 31.05.2022
Andrea Furlan et Hamad Al Marri
Co-founders of Furlan Marri, winner of the Horological Revelation Prize 2021

https://www.gphg.org/horlogerie/
https://furlanmarri.com

Andrea Furlan (on the picture at right), born in Geneva in 1992, is a Swiss designer.
Passionate about watchmaking, he began his career with numerous internships in the greatest watchmaking Houses such as Chopard, Hublot, Sarcar, HD3 Complication or Dominique Renaud SA, a famous watchmaker whom he accompanied for years in order to give life to a unique and exceptional watch. His first sign of his passion for watchmaking came after an internship at Chopard, where he took part in the creation of a pendant for Roger Federer, an international tennis star. His second sign was his meeting with Jean-Claude Biver (President of the LVMH watchmaking division, Chairman Hublot, Chairman Zénith), who has inspired him since 2008, during an internship at Hublot.

04.11.2021 - Forever Students - Département Cinéma ECAL x Le Temps
CI
EXECAL, Association - Expires 30.09.2022
Forever Students

En trente ans, quelque 1000 étudiants ont fréquenté l’ECAL. Nombre d’entre eux contribuent activement à la gloire du cinéma suisse. Pour célébrer cet anniversaire, l’Ecole cantonale d’art de Lausanne a planté sur le gâteau des réjouissances 30 bougies originales, 30 jalons d’une grande aventure culturelle: 30 courts métrages d’études dont la diversité témoigne d’une créativité romande impressionnante.

Séduit par la richesse et la fertilité de cette démarche, Le Temps propose à ses lecteurs de découvrir au cours des trente prochaines semaines sur son site un de ces petits chefs-d’œuvre permettant de mesurer la grandeur de l’ECAL et le travail accompli au cours des trois dernières décennies.

Après dix-huit ans passés à la tête du département cinéma de l’ECAL, dont il a fait une référence internationale, Lionel Baier a décidé de se recentrer sur ses activités de réalisateur. Pauline Gygax lui succède. Née à Neuchâtel, elle a dirigé le Centre de la photographie de Genève avant de fonder en 2003 Rita Productions avec Max Karli. Ils ont produit Les Grandes Ondes (à l’ouest), de Lionel Baier, La Rançon de la gloire et Les Gardiennes, de Xavier Beauvois, ou Le vent tourne, de Bettina Oberli – sans oublier Ma vie de Courgette, phénoménal succès de Claude Barras. La nouvelle responsable du bachelor cinéma de l’ECAL évoque cette aventure.
LIRE la suite de l'article paru dans Le Temps (29.10.2021) :
https://www.letemps.ch/culture/pauline-gygax-lecal-cinema-suisse-serait-un-triste

A l'occasion de son 30e anniversaire, le Département Cinéma, en partenariat avec Le Temps, vous fait un incroyable cadeau: 30 films réalisés dans le cadre du Bachelor Cinéma – un par année depuis 1991 – seront diffusés chaque samedi pendant huit mois sur le site internet du Temps.

«Répétition», un film d'atelier de 2e année réalisé par Elie Grappe
en ligne depuis le 30 octobre 2021

Ensuite :
«Spaghetti alle vongole» de Lila Ribi

A suivre sur :
https://www.letemps.ch/culture/trente-ans-cinema-lecal

LIRE AUSSI: Huit courts métrages qui résument bien l'ECAL
paru dans le Temps (29.10.2021) :
https://www.letemps.ch/culture/mosaique-prodigieuse-raconte-cinema-lecal

27.10.2021 - Benjamin Bichsel, Christophe Guberan: “The material of the future: with textiles to sustainable entrepreneurship” - Forum in Stuttgart
DI
EXECAL, Association - Expires 31.05.2022
On September 20, 2021, Swiss Textiles in cooperation with Design Preis Schweiz, AFBW and Südwesttextil invited to the forum and matchmaking event “The material of the future: with textiles to sustainable entrepreneurship” at the Pop-up House of Switzerland in Stuttgart.

Comprehensive, sustainable solutions that give equal weight to social, ecological and economic factors are key innovation factors to which Swiss Textiles gives strategic priority. The event invited international exchange and cooperation between stakeholders the weighty trading partners Baden-Württemberg and Switzerland.
In the forum discussions “Textile entrepreneurship in sustainable transformation” and “Through design to the circular product”, concrete product solutions for cross-sectoral reduction of the footprint up to sector structures to be expanded to circular products were presented and discussed. What became clear is that the industry has set out to innovate sustainable to circular products across industries, and design is significantly empowering in the process.
The forum discussions as well as presentations by all speakers can be viewed here:
https://www.suedwesttextil.de/news/houseofswitzerland

Benjamin Bichsel and Christoph Guberan are both ECAL alumni.

18.10.2021 - Louise Paradis, nouvelle professeure à l’École de design - Université Laval (Québec)
DG
EXECAL, Association - Expires 31.05.2022
La Faculté et l’École de design sont fières d’accueillir Louise Paradis comme professeure assistante au sein du corps professoral.

Designer graphique et directrice artistique de formation, elle s’intéresse particulièrement à la typographie et à l’histoire du design graphique.

Elle est titulaire d’un baccalauréat en design graphique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et d’une maîtrise en direction artistique de l’École cantonale d’art de Lausanne (ECAL). Elle est chercheuse principale, coauteure et codesigner du projet 30 Years of Swiss Typographic Discourse in the Typografische Monatsblätter, publié par Lars Müller en 2013, réédité en 2017 et traduit en chinois en 2021. Le projet a reçu de nombreuses reconnaissances internationales, dont un prix au concours Les plus beaux livres suisses, un German Design Award et un prix Grafika.

Pendant plusieurs années, elle a travaillé en tant que designer graphique et directrice artistique à Los Angeles et à Montréal, principalement dans l’industrie de la mode, pour des compagnies telles que SSENSE et American Apparel. De façon indépendante, elle a réalisé plusieurs projets pour le Centre canadien d’architecture (CCA), la Fondation Grantham pour l’art et l’environnement, l’UQAM, l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) et Intelligence LA. Elle est également une collaboratrice de longue date pour la fonderie typographique suisse Optimo, pour qui elle a été responsable des licences et éditrice de contenus Web. Elle a été invitée à donner plusieurs conférences, entre autres pour Grafill à Oslo, pour l’Art Center HMCT Symposium à Los Angeles et pour Maybe a School, Maybe a Park à Montréal.

23 septembre 2021
https://www.design.ulaval.ca/actualites/louise-paradis-nouvelle-professeure-a-lecole-de-design

Louise Paradis est diplômée de l'ECAL, Master en Art Direction obtenu en 2011.
https://www.instagram.com/louparadis/

EN
Louise Paradis, new professor at the School of Design (Laval University, Québec)

The Faculty and the School of Design are proud to welcome Louise Paradis as an assistant professor on the faculty.
A graphic designer and art director by training, she is particularly interested in typography and the history of graphic design.
She holds a bachelor's degree in graphic design from the Université du Québec à Montréal (UQAM) and a master's degree in art direction from the École cantonale d'art de Lausanne (ECAL). She is the principal researcher, co-author and codeveloper of the project 30 Years of Swiss Typographic Discourse in the Typografische Monatsblätter, published by Lars Müller in 2013, reissued in 2017 and translated into Chinese in 2021. The project has received numerous international recognitions, including a prize in the Most Beautiful Swiss Books competition, a German Design Award and a Grafika Award.

For several years, she worked as a graphic designer and art director in Los Angeles and Montreal, mainly in the fashion industry, for companies such as SSENSE and American Apparel. Independently, she has completed several projects for the Canadian Centre for Architecture (CCA), the Grantham Foundation for Art and the Environment, UQAM, the University of California at Los Angeles (UCLA) and Intelligence LA. She is also a long-time collaborator with the Swiss typographic foundry Optimo, for whom she has been a licensing manager and web content editor. She has been invited to speak at several conferences, including Grafill in Oslo, the Art Center HMCT Symposium in Los Angeles and Maybe a School, Maybe a Park in Montreal.

18.10.2021 - Louis Loup Collet : Galerie 1934 (Renens)
AV
EXECAL, Association - Expires 31.05.2022
En se rendant de la gare de Renens à l'ECAL durant ses années d'études, Louis Loup Collet passe tous les jours devant un petit édicule jaune et gris, a priori sans aucun intérêt. Il y note la présence d'une fenêtre murée, particulièrement mise en évidence par la symétrie du bâtiment.

Il n'en faut pas plus pour que Louis Loup, encore étudiant en arts visuels, imagine transformer ces toilettes publiques construites en 1934, selon la date visible au-dessus de la fenêtre murée, en un mini lieu d'exposition.

Diplôme en poche, Louis Loup inaugure la "Galerie 1934" le 28 août 2021 avec une pièce du collectif Gneborg.
https://www.instagram.com/louisloup.collet

Galerie 1934
Rue de Lausanne 33
1020 Renens
https://galerie1934.ch

[Extrait de Carrefour info, le journal d'information de la Ville de Renens, no 188 (7 juillet 2021)]

15.10.2021 - Sara Thom: Sirops Morand
DG
EXECAL, Association - Expires 31.05.2022
Sara Thom vient de signer le design des nouveaux concentrés Morand.
https://www.thom-designstudio.com
Sara est diplômée de l'ECAL (Bachelor Design graphique, 2009)

80% de jus de fruit concentré et 40% de sucre en moins par rapport à un sirop ou à une boisson sucrée ordinaire. Voici la promesse faite par les trois références (Abricot & Fleur de sureau, Poire & Menthe Poivrée ou Pomme & Cannelle) de cette nouvelle gamme qui allient chacune un fruit à une plante aromatique ou à une épice.
https://www.morand.ch

22.06.2021 - WePlayDesign: «Agency of the year» aux European Design Awards 2021
CV, DG
Rossel, Cédric - Expires 22.07.2022
Le studio WePlayDesign (Cédric Rossel, Ecal + Sophie Rubin, Head) remporte plusieurs prix aux European Design Awards 2021 dont le prestigieux «Agency of the year» ainsi qu’un Gold Award pour la réalisation de l’identité visuelle de la communication 2020 du festival FILMAR en América Latina et un Bronze Award pour la réalisation de l’affiche de l’édition 2020 du festival Archipel.

Cédric Rossel
ECAL (Bachelor, communication visuelle, design graphique, 2010)
www.weplaydesign.ch
https://www.instagram.com/weplaydesign/

25.01.2021 - Frédéric Cordier - Wallpaper shop
AV
EXECAL, Association - Expires 28.02.2023
CHOOSE THE PATTERN THAT YOU LIKE IN THE LIBRARY.
FRÉDÉRIC CORDIER CAN THEN ADAPT IT TO THE CONTEXT OF ITS
INSTALLATION IN ORDER TO CREATE A UNIQUE PIECE.

FRÉDÉRIC CORDIER’S WORK EMBODIES A (POST-)INDUSTRIAL IMAGINARY FOCUSING ON FAST FOOD, FACTORIES OR DRILLING INSTALLATIONS. HIS “VEDUTE”, AS HE CALLS THEM, DO NOT PROVOKE THE AWE OF THE 19TH CENTURY’S ROMANTIC VISIONS OF BLAST FURNACES REPRESENTED AS STEEL MONSTERS VIOLATING NATURE. CORDIER’S FRONTAL LANDSCAPES ARE IMBUED WITH OBJECTIVITY, EVEN IF HIS ENGRAVINGS SCHEMATIZE REALITY OR ARE PURE “CAPRICE”. FRANZ GERTSCH STARTED TO PAINT AFTER PHOTOGRAPHS TO FREE HIMSELF FROM HIS SENTIMENTALITY. SIMILARLY CORDIER’S ENGRAVINGS, AS WELL AS HIS INK DRAWINGS, PAINTINGS ON PERFORATED METAL SHEETS AND PRINTED WALLPAPERS SEEM TO AMOUNT TO THE BITMAP IMAGE FORMAT—EITHER BLACK OR, MORE RARELY, BLUE OR WHITE. A BINARY AESTHETICS REINFORCED IN HIS LINOCUTS BY THE COMPOSITION OF HIS SCENES WITH GEOMETRIC FORMS OR SEGMENTS THAT SEEM TO BE TAKEN FROM THE TOOLBOX OF A DRAWING SOFTWARE. WHETHER FIGURATIVE OR ABSTRACT, HIS WORKS ARE COMPOSED OF REPEATED PATTERNS THAT FUNCTION AS ANALOG VISUALIZATIONS OF OUR DIGITAL CULTURE.

IN TODAY’S WORLD OF UBIQUITOUS IMAGES, THE SACRED LIES IN THE IMPALPABLE CODE. EACH VISUALIZATION OF THESE DIGITAL COORDINATES ON A SCREEN IS A GENERATION THAT PROFANES THIS ABSENT ORIGINAL. CORDIER, WHOSE METAL PAINTINGS DRAW INSPIRATION IN THE REPETITIVE AND ICONOCLASTIC ISLAMIC ART, PLAYS WITH THESE POLARITIES OF THE SACRED AND THE PROFANE. HIS WORK BEARS WITNESS TO A FASCINATION FOR THE GODLIKE PERFECTION OF MASS PRODUCTION. BUT IT IS THROUGH METICULOUS CRAFTSMANSHIP USING CHISELS, KNIVES, PENS AND OTHER TOOLS THAT HE SEEKS TO MIMIC THIS STANDARDIZATION. THE DELIBERATE ADJUNCTION OF ERRORS OR THE DISSOLUTION OF THE PATTERN IS LESS REMINISCENT OF A FORM OF SUBJECTIVITY PERMEATING THE WORKS THAN OF DIGITAL FILTERS OR ALGORITHMS APPLIED TO THE IMAGE TO DISAGGREGATE IT. THROUGH HIS EXTENSIVE MANUAL LABOR, CORDIER PAYS THEN HOMAGE TO THE MECHANIZED AND DIGITALIZED WORLD, WHILE STRESSING ITS HOLLOWNESS THAT CAN ONLY BE REMEDIED THROUGH HIS ACTION ON MATERIALS.

FRÉDÉRIC CORDIER IS A SWISS-CANADIAN ARTIST BORN IN MONTREAL IN 1985. HE LIVES AND WORKS IN LAUSANNE, SWITZERLAND AND IN MONTREAL, CANADA. HE HOLDS A BFA FROM THE ÉCOLE CANTONALE D’ART OF LAUSANNE (ECAL).

https://www.frederic-cordier.ch/shop/

14.05.2020 - Giulia Chehab : 4 modèles de sacs en vente en ligne - La Redoute (France + Suisse)
DI
EXECAL, Association - Expires 30.06.2025
Si les enseignes et marques de prêt-à-porter signent généralement des collaborations avec de grands noms de la mode pour un maximum de visibilité, certains partenariats permettent également de découvrir de jeunes talents qui pourraient bien se révéler incontournables dans les années à venir. La Redoute saute sur l'occasion avec Giulia Chéhab, grande gagnante du prix La Redoute x HEAD Genève et finaliste de la 35e édition du Festival international de mode et de photographie.

La jeune créatrice a imaginé une collection de sacs combinant praticité, design, et audace, qui ne devrait pas laisser le public indifférent. Non seulement les créations sont hyper originales et déclinées dans une palette alternant entre tonalités neutres et coloris vibrants, mais en plus elles sont dotées d'une multitude d'éléments offrant rangements et port confortable sans avoir à renoncer à l'esthétisme.

Quatre sacs sont proposés pour cette première collaboration : le Gymbag à Capuche, qui, comme son nom l'indique, se porte sur le dos avec la possibilité de déployer une capuche, le Weekender, un sac assez ample pour y glisser de quoi partir deux ou trois jours, le Tote à Soufflets, qui s'ouvre en accordéon, ou encore la Banane Cuir + Tote Toile, un duo incontournable qui offre la possibilité de séparer ses affaires en fonction de leur utilisation. Le tout est décliné dans des matières résistantes ou légères selon les modèles, avec des effets matelassés et des sangles rembourrées.

Giulia Chehab est diplômée de l'ECAL en Bachelor Design industriel en 2013
https://www.instagram.com/giuliachehab

4 modèles sont en vente sur les sites en ligne de La Redoute en France et en Suisse :

https://bit.ly/363ZMzt

https://bit.ly/2LGnXLf

05.05.2020 - ➼ Revue de presse ECAL (archives) = ECAL press releases (archives)
Tous
EXECAL, Association - Expires 30.06.2026
Vous pouvez suivre et trouver les articles de presse consacrés à des alumni, à partir des archives ECAL datant de 2013.
https://www.ecal.ch/fr/1061/news-presse/revue-de-presse

---

You can follow and find press articles about alumni from the ECAL archives since 2013.
https://www.ecal.ch/en/1061/news-press/press-releases

10.03.2020 - ➼ P. Egger, J. Vacheron, L. Archer: Digital Strategies in Genre-Defining Magazines (DSGDM) [Long term reference]
CV
EXECAL, Association - Expires 30.04.2030
Digital Strategies in Genre-Defining Magazines is a research initiated by the Master in Art Direction at ECAL and led by Philippe Egger, Joël Vacheron and Luke Archer. The project took place over a series of workshops, conferences and interviews between the autumn semester of 2013 and the spring semester of 2015.

DSGDM starts out from the observation that magazine production has undergone unprecedented growth since the 2000s, particularly in niche topics. Many of these genre-defining magazines developed their own approaches to a digital counterpart of the printed version, which often vary vastly, sometimes being led by a photographic approach, sometimes a graphic approach or alternatively a user experience approach. DSGDM focuses on these strategies, with the aim of creating an overview of the landscape of digital publishing. It also tries to identify the various roles within this landscape so that students may better place their own practice in this complex field.

Furthermore, leading figures from within the field of digital publishing, each with a specific practice, were invited to work with the students to explore new digital strategies for genre-defining magazines and beyond. At once a research report, an educational tool and an experimental platform, this website highlights these different approaches while offering a range of resources and original strategies.

The context of this project, that of editing and designing magazines, stems from the fact that it best describes the multi-facetted fields explored within the Art Direction master. The term “genre-defining magazines” derives from the exhibition titled "Paper Weight: Genre-defining magazines, 2000 to Now" at Haus der Kunst, which was one of the first comprehensive and defining events to highlight the re-emergence of independent publishing in recent years.

GUEST LECTURERS
Anthon Astrom
Laurenz Brunner
Jason Evans
Marc Kremers
Dan Michaelson
Alan Woo
Lukas Zimmer

PARTICIPANTS
Daniel Aires de Sena, Kim Andenmatten, Leonardo Azzolini, Sylvain Esposito, Maria Guta, Larissa Kasper, Laurence Kubski, Namsa Leuba, Eric Loizzo, Jessica Mantel, Jana Neff, Michaël Teixeira, Kyoungtae Kim, Maria Trofimova, Loris Olivier, Johannes Bauer, Sabina Vera Bösch, Christelle Boulé, Dmitry Bukreev, Ricardo Ferrol, Tobias Holzmann, Simon Mager, Charlotte Marcodini, Nicolas Polli, Jagoda Wisniewska, Heejae Yang

THEMES
The programme is divided into five parts, each focusing on a different aspect of design, image production and user experience. These themes are explored through workshops, interviews and critical tools.

COLOPHON
Researchers:
Philippe Egger
Joël Vacheron
Luke Archer

Header images:
MAAD Team

Portraits and workshop images:
Prune Simon-Vermot

Texts:
Joël Vacheron
Philippe Egger
Luke Archer

Interviews:
Joël Vacheron

Proofreading and translation:
Letizia Monti

Website design:
Philippe Egger
Luke Archer (Omnigroup)

Website programming:
Luke Archer (Omnigroup)

Typeface:
Terrazzo (ecal-typefaces)

Director:
Alexis Georgacopoulos

R&D supervisor:
Luc Bergeron

http://digital-strategies.ma-ad.ch

11.12.2019 - ➼ Amélie Demay : Club Savonnettes
DI
EXECAL, Association - Expires 31.01.2025
CLUB SAVONNETTES

Il vous manque un cadeau d'anniversaire ? Le CLUB SAVONNETTES est là !
Offrez un savon, 100% naturel, entièrement fait main, cruelty free (ce sont les potes qui testent).

Au choix :
MARLA, se coince entre les doigts comme une bague, parfaite pour un savon main.
TYLER, se grippe comme un point américain ou un gant, idéal pour une douche rapide.
BOB, se roule sur le corps, il masse, il gomme, de quoi buller dans un bon bain.

Prix sur demande, en fonction des frais de port et en édition limitée.
Commande par message : amedemay@gmail.com
ou via mon site : www.ameliedemay.com

[Amélie Demay a obtenu son Bachelor en Design industriel et de produits à l'ECAL en 2018]

https://www.ameliedemay.com/club-savonnettes

https://www.instagram.com/amelie_demay/

22.11.2019 - ➼ Louise Paradis : TM RSI SGM 1960-90 RESEARCH ARCHIVE [long term reference]
DG
EXECAL, Association - Expires 31.12.2025
TM RSI SGM 1960-90 RESEARCH ARCHIVE
http://www.tm-research-archive.ch
This website is derived from an exhaustive research within ECAL led by Louise Paradis (2012) on the Typographische Monatsblätter (TM) focusing on the issues from 1960 till 1990.

The Typographische Monatsblätter was one of the most important journals to successfully disseminate the phenomenon of ‘Swiss typography’ to an international audience. With more than 70 years in existence, the journal witnessed significant moments in the history of typography and graphic design. Its contributors include some of the most influential designers.

This project was initiated by Louise Paradis, with the guidance of François Rappo and Roland Früh, as part of her Master degree in Art Direction at the ECAL/University of Art and Design Lausanne, Switzerland in 2011. The project continued with the financial support from ECAL and the University of Applied Sciences and Arts Western Switzerland (HES-SO).

Book published by Lars Müller Publishers.

https://www.lars-mueller-publishers.com/30-years-swiss-typographic-discourse-typografische-monatsblätter-0

29.09.2019 - ➼ Prix & distinctions décernés aux alumni ECAL = ECAL Alumni Awards & Distinctions
Tous
EXECAL, Association - Expires 31.12.2025
Vous pouvez suivre et (re)trouver les Prix et distinctions récompensant les alumni, à partir des archives ECAL datant de 2011.
https://www.ecal.ch/fr/1064/news-presse/prix-distinctions
---
You can follow and find the Alumni Awards and Distinctions from the ECAL archives since 2011.
https://www.ecal.ch/en/1064/news-press/awards

Photo prétexte : ECAL/Marie Rime